Entre les deux mon coeur balance

12 Mar

J’ai déjà expliqué que je n’aime pas trop parler de mon métier, car on me pose toujours les mêmes questions pas toujours très fines. Il y a toutefois une question récurrente pas idiote à laquelle je ne sais jamais trop quoi répondre :

« Vous êtes traductrice technique ou littéraire ? »

Mon réflexe immédiat serait de dire : « Ni l’un ni l’autre. »

Je sais que certaines personnes qualifient de technique toute traduction non strictement littéraire. A l’opposé, certains disent littéraire toute traduction éditoriale. Toutefois, mon diplôme a beau clamer « traduction éditoriale, économique et technique », je n’ai ni l’inclination, ni les compétences nécessaires pour traduire un brevet d’invention ou un manuel d’utilisation de machine-outil. Et si l’ensemble de mes travaux est très rédactionnel et une grande partie d’entre eux destinée à publication, je n’ai jamais traduit de roman et à vrai dire, je n’avais jamais travaillé sur une fiction littéraire avant l’été dernier.

Les communiqués de presse, brochures et adaptations de publicité qui font mon quotidien ne semblent pas rentrer dans l’une ou l’autre case. Parallèlement, l’édition représente une part minoritaire, mais non négligeable de mon activité. Au final, huit mois après m’être mise à mon compte, c’est toujours aussi difficile de se définir. Alors pour le moment, je reste rédactrice-traductrice tout court.

Publicités

3 Réponses to “Entre les deux mon coeur balance”

  1. Carolyn Y. 12 mars 2012 à 1:25 #

    Mais c’est pal mal comme reponse! Pourquoi faut-il se definir si strictement? Moi, je suis redactrice par jour, pour des rapports statistiques americaines (une seule langue). Je travaille sur des traductions la nuit, celles qui m’interessent, rien de specifique. Alors moi aussi, je ne suis ni traductrice technique ni litteraire. Je suis traductrice-redactrice. Full stop.

    • tongueincheck 13 mars 2012 à 5:44 #

      Merci, Carolyn. En effet, on ne rentre pas toujours dans des cases. Je pense que le plus important est de faire des travaux qu’on aime et pour lesquels on est compétent.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Rendez-vous | tongue-in-check - 29 mars 2013

    […] de Débora Farji-Haguet, qui revendique fièrement les deux casquettes et qui, comme moi, se présente tout simplement comme « traductrice ». J’ai apprécié […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :